Livret A : Une exception française critiquée par le FMI

Livret A : une concurrence déloyale ?

Alors que le taux du livret A est passé à 1,25 % au 1er aoà »t dernier, les critiques sur son régime fiscal avantageux continuent d’affluer. Après le rapport Duquesne sur l’épargne réglementée et le rapport Queyranne, c’est maintenant le FMI (Fonds Monétaire International) qui pointe du doigt les avantages du placement préféré des Franà§ais.

Livret A : une niche fiscale à peine voilée

Dans son rapport sur la France publié le 5 aoà »t dernier, l’organisation internationale appel le gouvernement franà§ais à Â« supprimer les incitations fiscales et réglementaires qui portent atteinte à la collecte de l’épargne par les banques  ».

L’institution basée à Washington regrette la décision de Franà§ois Hollande de relever le plafond du livret A de 15.300 euros à 19.125 euros, puis 22.950 euros. Le FMI met l’accent sur les problèmes de concurrences engendrés par la défiscalisation du livret A.

Première cible de cette concurrence déloyale ? Les livrets bancaires qui ne luttent pas à armes égales avec l’épargne réglementée, puisqu’ils sont soumis au barème de l’impà´t sur le revenu et aux prélèvements sociaux de 15,5 %.

Pas sà »r que ces différentes remarques soient prises en considération par le gouvernement franà§ais, surtout que la baisse du taux du livret A devrait permettre à elle seule de réorienter une partie de l’épargne courte vers les livrets bancaires.

article640 rubrique6

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.